«

»

Août 29 2016

Qu’est-ce qu’une règle d’ordre public, une disposition supplétive ?

Qu’est-ce qu’une règle d’ordre public, une disposition supplétive ?

Publié le 25 août 2016 – Direction de l’information légale et administrative (Premier ministre)

La loi Travail du 8 août 2016 comporte une série d’articles qui fixent des règles dites d’ordre public, les sujets relevant de la négociation collective et des règles dites supplétives. Quel est le sens précis de ces expressions ?

Règles d’ordre public

Il arrive que la loi vienne limiter la liberté contractuelle. Elle le fait en instaurant des règles impératives qui sont dites d’ordre public. Cette expression juridique veut dire que ces règles s’imposent aux contractants. Les dispositions juridiques d’ordre public ne peuvent pas être écartées par un contrat ou une convention. Les clauses du contrat ou de la convention contraires à ces règles d’ordre public sont nulles et donc inapplicables.

La notion d’ordre public ne se limite pas à l’ordre au sens qu’il a dans « maintien de l’ordre » par la police. Une règle d’ordre public est une règle de droit que le législateur a considéré comme nécessaire et utile à la vie en société.

Le but poursuivi peut être, en cas d’inégalité de force économique entre contractants, d’assurer une certaine protection aux intéressés économiquement les plus faibles. Ces derniers risqueraient parfois d’accepter un accord très désavantageux au bénéfice de la partie la plus forte. Il peut s’agir du locataire dans son rapport avec un bailleur, du consommateur avec un professionnel, du salarié avec un employeur, du sous-traitant par rapport à l’entrepreneur principal. Une règle d’ordre public peut aussi avoir but de protéger les intérêts généraux de la collectivité, en évitant que les contractants s’accordent dans un sens contraire à l’intérêt général.

Savoir si une règle est ou non d’ordre public fait parfois débat. C’est alors au juge de trancher. Mais actuellement le législateur s’attache à être explicite. Par exemple, le texte indiquera « les dispositions du présent chapitre (ou du présent titre) sont d’ordre public ».

Dispositions supplétives

Il arrive que la loi confie au contrat le soin de fixer certaines règles, mais que le législateur souhaite quand même prévoir ce qui devra s’appliquer en l’absence de clauses figurant dans le contrat ou la convention. On parle alors de règles supplétives, qui suppléent la volonté des contractants et pallient l’absence de clauses. L’existence d’une règle supplétive est utile car elle permet de lever les incertitudes lorsque les contractants ne se sont pas prononcées sur une question, tout en leur laissant toute liberté de prévoir une solution différente.

En résumé…

Un sujet peut donner lieu à des articles qui :

  • fixent des règles impératives (règles d’ordre public) ;
  • indiquent ce qui relève au contraire d’un accord ou d’une convention. Dans la loi Travail, il s’agit de dispositifs issus de la négociation collective ;
  • et prévoient des dispositions s’appliquant faute d’accord (dispositions supplétives). Dans la loi Travail, faute d’accord collectif, la loi peut, ou bien fixer la règle, ou bien renvoyer au contrat individuel.

Ces distinctions ne rendent évidemment pas compte de tous les cas de figure, mais sont utiles quand on veut se référer au texte.